CNEAP IFEAP TICEUR WEBMAIL
... CNEAP :

Découvrez les vidéos formations sur la chaîne YouTube du CNEAP !

NS 2068

Modalités de mise en place de la réforme du lycée en termes d'accompagnement, stages et tutorat

Dans le cadre de la réforme du lycée, voici les modalités de mise en place pour l’enseignement agricole à compter de la rentrée 2010 :

  • de l’accompagnement personnalisé
  • des stages de remise à niveau
  • des stages passerelles
  • du tutorat

Ces nouveaux dispositifs sont conçus pour favoriser la réussite de tous les élèves.
L’établissement les met en œuvre dans le cadre de son projet et de son autonomie pédagogique.

L'accompagnement personnalisé

Il concerne :

  • la classe de Seconde Générale et Technologique à compter de la rentrée 2010,
  • la classe de Première (S et STAV) à compter de la rentrée 2011,
  • la classe de Terminale (S et STAV) à compter de la rentrée 2012.

Le volume horaire est de 72 h par an, soit une moyenne de 2 heures par semaine modulable en fonction des choix de chaque établissement.

Plusieurs activités sont prévues, variables suivant les périodes de l’année et les besoins des élèves, répartis en groupes à effectifs réduits :

  • soutien,
  • approfondissement, renforcement de la culture générale,
  • aide méthodologique,
  • aide à l’orientation,
  • aide pour les travaux pluridisciplinaires ou les projets, etc…

Tous les élèves sont concernés, quel que soit leur niveau.

 

Le projet d’accompagnement personnalisé est élaboré par l’équipe pédagogique. La note de service fait référence à des instances telles que le conseil des délégués d’élèves ou le conseil d’administration.

 

Dans le cas présent, ces instances ont une existence ou une fonction propre à l’enseignement agricole public. Pour le CNEAP, on peut considérer que le projet d’accompagnement personnalisé proposé par l’équipe pédagogique est arrêté par le chef d’établissement après consultation du conseil d’établissement, conseil prévu par les statuts de l’enseignement catholique où siègent l’ensemble des représentants de la communauté éducative, dont les élèves délégués.

 

Tous les enseignants peuvent participer à cet accompagnement personnalisé.

Les stages de remise à niveau

Ils visent à prévenir les redoublements. Ils concernent les élèves volontaires de la classe de Seconde à la classe de terminale des formations générales et technologiques.

 

Le conseil de classe propose à un élève de suivre un stage de remise à niveau, organisé pour de petits groupes d’élèves, par des enseignants volontaires, rémunérés en heures supplémentaires, dans les établissements privés à temps plein. Reste à définir la nature de ces heures qui ne sont ni des HSE (heures supplémentaires effectives) qui n’existent pas pour le privé, ni des HSA qui relèvent de la DGH.

 

Ce stage peut être organisé :

  • soit pendant les vacances scolaires (deux semaines maximum, de vingt heures en moyenne par semaine),
  • soit hors vacances scolaires et hors temps d’enseignement ; cette possibilité, spécifique à l’enseignement agricole, s’adresse essentiellement aux établissements où les élèves sont majoritairement internes.

Les stages passerelles

Ces stages s’adressent aux lycéens des voies générale, technologique et professionnelle désirant changer d’orientation, en cours ou fin d’année :

  • En priorité les élèves de Première Générale et Technologique souhaitant changer de série, ou souhaitant passer dans la voie professionnelle ou inversement,
  • Aux élèves de Seconde souhaitant s’orienter de la voie Générale et Technologique vers la voie professionnelle ou inversement.

Ces stages apportent les compléments d’enseignement indispensables à un changement d’orientation. Comme pour les stages de remise à niveau dans les établissements privés à temps plein. Ils sont encadrés par des enseignants volontaires, rémunérés en heures supplémentaires.

 

Les parents de l’élève mineur sont obligatoirement associés à la démarche, en raison de son caractère lié à l’orientation.

 

L’information de l’ensemble des familles et des élèves devra être faite dès la rentrée scolaire 2010 afin de permettre une mise en place effective dès les vacances de la Toussaint 2010.

Le tutorat

Il concerne l’ensemble des classes de Seconde, Première et Terminale des voies Générale, Technologique et Professionnelle avec une mise en œuvre progressive dès la rentrée 2010 pour la classe de Seconde.

 

Le tuteur est un enseignant, un documentaliste ou un personnel de la vie scolaire. Le nombre maximum d’élèves que peut encadrer un tuteur relève de l’autonomie et de l’initiative de l’établissement.

 

Le tuteur aide le lycéen dans l’élaboration et le suivi de son parcours de formation et d’orientation (professionnelle et/ou de poursuite d’études), à des moments clairement identifiés dans l’emploi du temps des élèves.

 

Le chef d’établissement juge de l’opportunité d’un suivi par le même tuteur durant toute la période du tutorat.

 

Ces mesures, et plus particulièrement le tutorat et l’accompagnement personnalisé, semblent particulièrement en adéquation avec le projet du CNEAP, dans son axe 1 « renforcer notre ambition éducative » et avec les engagements issus des assises de l’enseignement catholique : « changer de regard pour faire grandir la personne : redonner de l’estime de soi à chacun, apprendre à avoir un regard et une parole qui encouragent ou qui réparent ». Ces mesures peuvent s’inscrire dans un projet d’établissement.

 

Isabelle d’Orgeval

Publié le 05 juin 2012

NS 2068
Fichier PDF
NS 2068 (42.8 Ko)