CNEAP IFEAP TICEUR WEBMAIL
... CNEAP :

Découvrez les vidéos formations sur la chaîne YouTube du CNEAP !

L'organisation de l'établissement

Le projet d’établissement

Un établissement catholique d’enseignement agricole est par nature «en projet».

  • Les textes qui le fondent inspirent son projet éducatif.
  • La mission d’Église, à laquelle il participe, oriente son projet pastoral.
  • La réglementation (lois de 1984, 1989 et 1999, et 2005) qui s’impose à lui implique qu’il dispose d’un projet d’établissement et de projets pédagogiques.
  • L’importance qu’il attache à une éducation construite et finalisée justifie qu’il élabore un projet de vie scolaire.
  • La diversité de ses missions (lois Rocard et loi de 1999) et l’efficacité qu’il recherche le conduisent à mettre en œuvre des projets sectoriels.
  • Les réseaux auxquels il participe ont leur propre cohérence de développement (Projet Régional de l’Enseignement Agricole - PREA, projet de CREAP, projet du CODIEC…).
  • L’adhésion des établissements au CNEAP permet l’apport d’éléments communs et fédérateurs à leurs projets spécifiques.

Un plan d’action est proposé par le CNEAP afin d’accompagner dans leur démarche les chefs d’établissements et les équipes pédagogiques qui ont décidé d’accueillir des élèves handicapés avec le souci de participer à un programme qui leur offrira de meilleures perspectives d’égalité des chances d’insertion sociale et professionnelle.


L’accueil en scolarité ordinaire d’un élève handicapé s’inscrit dans une évolution souhaitable des esprits et dans la mise en place de moyens adaptés provenant des pouvoirs publics. Les services du CNEAP sont mobilisés sur toutes les questions touchant à cette action (juridiques, éducatives, pédagogiques …) et peuvent répondre à vos questions sur ce sujet.

L’organisation pédagogique et éducative

Dans l’établissement, la formation est organisée en voie générale, professionnelle ou technologique, par filières (production, transformation, services…) et par classes.

 

Le chef d’établissement, assisté parfois d’un adjoint, confi e à des enseignants la responsabilité de coordonner et d’animer ces cycles et ces filières.

 

Il nomme également les responsables de classe (professeurs principaux).


Les modalités d’exercice de ces responsabilités varient selon le projet d’établissement.

 

Des responsabilités particulières, au sein de ces cycles et filières, peuvent être aussi confiées à d’autres enseignants, par exemple : le suivi administratif du contrôle continu et de l’inscription aux examens, l’organisation des stages, l’organisation des sorties pédagogiques, des voyages d’études etc.

 

Par ailleurs, la «vie scolaire», c’est-à-dire tout ce qui ne concerne pas directement l’enseignement mais touche à la vie de l’élève ou de l’apprenti dans l’établissement, fait l’objet d’une organisation spécifique confiée aux personnels de la vie scolaire (éducateurs et assistants éducateurs).
 

Ceux-ci sont placés, soit sous la responsabilité directe du chef d’établissement, soit sous celle d’un «responsable de la vie scolaire». Ils sont chargés de l’animation, de l’encadrement (surveillance, gestion des absences) et font le lien avec les équipes pédagogiques. L’internat comporte une organisation spécifique confiée également aux personnels de la vie scolaire.

Le conseil d’établissement

Lieu essentiel de pilotage pour le chef d’établissement, structure où se discutent les grandes orientations de l’établissement, moment où se vérifie la cohérence entre les pratiques et les projets, le conseil d’établissement apparaît, à la fois dans sa fonction symbolique et dans sa fonction pratique, comme un rouage essentiel de la vitalité d’un établissement.

 

Cette structure est, en effet, le lieu privilégié de rencontre, de dialogue et de concertation de tous les partenaires autour du chef d’établissement, garant du projet éducatif. C’est l’instance qui doit signifier l’unité de la communauté éducative, sans cesse à construire.

 

Le conseil d’établissement va donc émettre des avis (fonction consultative). En matière éducative ou pédagogique notamment, le chef d’établissement conserve sa totale capacité de décision. Dans d’autres domaines, il transmet l’avis du conseil d’établissement à l’autorité ou l’instance qui peut décider (tutelle, association).

Publié le 11 juillet 2012