CNEAP IFEAP TICEUR WEBMAIL
... CNEAP :

Découvrez les vidéos formations sur la chaîne YouTube du CNEAP !

Découvrir le territoire

Dans le cadre de leur projet "Histoire et numérique", les élèves du LPRP Sainte Elisabeth de Saint Pandelon poursuivent leurs découvertes

Les élèves de Seconde professionnelle Services Aux Personnes et Aux Territoires - SAPAT du LPRP Sainte Élisabeth de Saint Pandelon (40) ont visité, dans le cadre de leur programme de formation, différents sites patrimoniaux. Cette visite s'inscrit dans la suite du projet présenté ici.

A Labouheyre, ils ont rencontré Jean-Joël Le Fur, photographe, venu leur présenter quatre sites. Cet « ethnologue » est parti sur les pas de Félix Arnaudin, recherchant les sites  photographiés par l'enfant du pays il y a une centaine d'année.

Un seul moyen de transport pouvait être installé dans ce paysage monotone, inondé en hiver et sec en été : le chemin de fer. Grande transformation qui permit le transport des produits de la forêt et l'acheminement des voyageurs vers les stations de la Côte.
Les élèves peuvent voir les longues lignes droites de voies ferrées, les piles de bois en cours de chargement, et vers l'ouest les cèdres entourant la maison de Félix Arnaudin.

Puis, observation d'un paysage  sur la commune de Commensacq : un relief plat, de grandes étendues en friche, comme au temps d'Arnaudin. L'alios est présente en sous-sol. La vie d'autrefois est ainsi perceptible : des bergers utilisant des échasses pour surveiller leurs moutons dans cette région de marécages. Ces friches, aujourd'hui, résultent des dernières tempêtes qui se sont abattues sur  le sud-ouest du pays.

En  chemin vers une bergerie transformée en habitation, au bord d'une craste, Jean-Joël souligne l'importance des bouleversements du paysage environnant pour les locaux. Il conseille aux jeunes de  prendre en compte ces traumatismes dans leur future profession de service à la personne.

La visite d'un airial permet d'appréhender la vie de quartier. La maison de maître, la maison des métayers, la cabane des résiniers, le puits, le four à pain, la bergerie, les granges, et les chênes permettant les constructions à colombage et l'alimentation des cheminées.
La maison des métayers est symétrique et à double auvent : d'un côté les anciens, de l'autre les jeunes.

Le dernier site est à Lue, à proximité de l'église. Une croix constituée de garluches se dresse au milieu du quartier. En file indienne, au milieu d'un terrain couvert d'ajoncs, les jeunes découvrent une deuxième croix de sauveté. Ainsi quatre croix délimitaient au Moyen Âge une zone de refuge autour de l'église où il était interdit de poursuivre les fugitifs.

Les élèves remercient vivement leur guide qui leur a ouvert les yeux sur un territoire où l’histoire se lit en observant les éléments liés à la modernité, les grandes transformations et les persistances paysagères.

Publié le 06 juin 2013