CNEAP IFEAP TICEUR WEBMAIL
... CNEAP :

Découvrez les vidéos formations sur la chaîne YouTube du CNEAP !

Eco-gestes au quotidien

Les élèves de Bac Pro du LEAP Sainte Colette ont créé une mini-entreprise pour développer l’éco-attitude. Ils ont développé un support original, un jeu de 7 familles

Depuis le mois de septembre, les élèves de Première Bac Pro Laboratoire Contrôle Qualité - LCQ et Bio-Industries de Transformation - BIT du LEAP Sainte Colette de Corbie (80) sont des mini-entrepreneurs et reçoivent le soutien de l’association « Entreprendre pour Apprendre Picardie ».

 

Dans le cadre de l’enseignement à l’initiative  de l’établissement, Martine Verscheure, enseignante, a proposé un projet pour sensibiliser les élèves au développement durable et, de là, est née l’idée de concevoir un jeu sur ce thème dans le cadre d’une mini-entreprise.

 

Il a fallu trouver le nom et le slogan de cette mini-entreprise. Après discussions et propositions, la structure porte aujourd’hui le nom d’« Eco-Lycéens ». Elle a beau être « mini », cette entreprise se gère comme une « grande » et les jeunes prennent leur place au sein des différents services : service financier, service production, service commercial, service communication. L’ensemble est supervisé par le PDG, Florantin Papin.

 

Le slogan « Eco-attitude, la bonne habitude » a été le leitmotiv des élèves tout au long du projet ; il a rythmé le travail de la classe et les attitudes au quotidien.

 

Suite à  une étude de marché, le groupe a décidé de créer un jeu de 7 familles. Il s’agissait donc de concevoir le jeu autour de sept thèmes et de détailler les gestes éco-citoyens correspondants. L’Alimentation, l’énergie, les déchets, la consommation, les déplacements, l’eau  et l’environnement ont ainsi fait l’objet d’une attention toute particulière.

 

Les élèves ont réalisé des recherches par groupe sur chacune des familles, à chaque éco-geste, ils ont associé une illustration sous la forme d’une photo.

Jessica a dessiné le petit bonhomme « Terre » qui recommande de faire attention. Cédric a repris ce dessin sur le logiciel Paint, et l’a décliné en différents personnages : père, mère, fils, fille, grand-père et grand-mère.

Une infographiste, associée au projet, a proposé le logo et la maquette du jeu. Les élèves ont étudié les propositions puis validé leur choix.

Concernant les photos, le PDG , Florantin, précise que « Comme le produit est destiné à la vente, il fallait qu’il soit irréprochable. Nous avons donc acheté les photos sur un site pour le droit à l’image. »

 

C’est ainsi que le jeu de 7 familles a peu à peu pris forme. Mélanie Defouloy, animatrice de « Entreprendre pour apprendre », qui est intervenue au cours de plusieurs séances a donné son avis et des conseils sur les différentes étapes du projet. L’une des étapes à ne pas négliger d’ailleurs est celle du financement du projet !!

 

Le service financier a mis en place plusieurs actions :

  • Des actions remboursables à 4€,
  • Chaque mini-entrepreneur a fait le nécessaire pour trouver des actionnaires,
  • Des courriers ont été envoyés à des sponsors potentiels ; le Crédit Agricole y a répondu favorablement.

La démarche la plus délicate a consisté à dénicher un éditeur compétitif. Il s’agissait de trouver celui qui proposait le meilleur rapport qualité-prix car l’impression d’un jeu de cartes personnalisé n’est pas chose courante. Mais là encore, pari gagné et c’est avec beaucoup d’impatience mêlée à un soupçon d’inquiétude que les élèves ont réceptionné les 500 jeux de cartes !

A l’ouverture des cartons, en constatant le résultat, ils ont manifesté une grande satisfaction, à l’image de Jessica qui s’est exclamée « C’est incroyable, c’est nous qui avons été capable de faire çà ! »

 

Depuis le projet a été présenté à la presse locale qui en a fait écho dans un article paru récemment, une grande fierté pour les jeunes entrepreneurs.

 

Désormais, chaque élève va faire la promotion du produit auprès de son entourage à l’aide des affiches réalisées par le service communication. Le jeu va également être proposé aux écoles comme outil pédagogique sur le développement durable.

 

Le prix de vente du jeu de 7 familles a été fixé à 5€. Si la société réalise  des bénéfices, les lycéens ont décidé d’en reverser une grande partie à l’association Paul Corteville qui éduque et met à disposition des chiens d’aveugles.

 

Les élèves participeront au concours départemental des mini-entreprises le 22 mai à Doullens (80). Ils seront en concurrence avec quinze autres lycées pour tenter de se qualifier pour le  concours national qui se déroulera à Paris !
Les mini-entrepreneurs n’ont pas fini de nous étonner !

Publié le 09 juillet 2013

Affiche
Fichier PDF
Affiche (430.6 Ko)