CNEAP IFEAP TICEUR WEBMAIL
... CNEAP :

Découvrez les vidéos formations sur la chaîne YouTube du CNEAP !

Disparition de Françis Le Pironnec

Ancien directeur du LEAP Kerplouz-LaSalle d'Auray (56)

Texte par Marc VERDET, enseignant à Kerplouz de 1975 à 2013


Un directeur hors pair et fondateur

« Il est des hommes qui passent et qu’on oublie et il en est d’autres qui s’arrêtent et dont le souvenir demeure. Francis Le Pironnec est un de ces derniers. »

 

Francis Le Pironnec, frère des Ecoles Chrétiennes, ingénieur agricole, breton morbihannais originaire de Questembert, s’est arrêté à Kerplouz suite à des années de services en Afrique. Son arrêt "kerplouzien" durera 15 ans, de 1970 à 1985, et il faut le dire, pour le plus grand bonheur de tous, avant hélas qu’on nous le reprenne pour l’envoyer servir à l’ESA de Beauvais d’où il était issu, puis en Bretagne, en Savoie...avant de le renvoyer en Bretagne à Kéroser Saint-Avé dans le Morbihan, pour qu’il y trouve quelques repos. Il n’y resta guère plus d’une année, appelé cette fois pour le grand départ.

 

Son service à Kerplouz fût celui de directeur et ces quinze années où il y exerça son labeur furent probablement au centre de sa vie, comme lui-même était au centre de ce qui est devenu un lycée et qui à l’époque se nommait "Centre Agricole et Horticole de Kerplouz".

 

Au lieu d’être au sommet, comme dans une organisation pyramidale, il était là, au dedans, au milieu, au centre comme un vrai capitaine, animant, dynamisant, conseillant, encourageant l’équipe constituée à seule fin d’enseigner et d’éduquer dans le respect des valeurs de l’évangile. Attentif aux besoins, aux souhaits, aux projets des uns et des autres, il savait écouter, faire confiance, responsabiliser et même prendre des risques, et cela avec délicatesse, discrétion, conviction et sans grands discours ni coercition. Quand la nécessité faisait loi il était le premier à l’ouvrage et ses mains maitrisaient aussi bien la maçonnerie que le bois et bien d’autres matériaux au delà du savoir. Souvent, dans son bureau, ou dans les bâtiments il était le dernier à abandonner la tâche. Il insuffla par son exemple, à tous les membres du Centre, cet esprit de service et cette générosité qui l’habitait. Il réussit à construire une équipe éducative conviviale, cohérente dans sa diversité, complémentaire dans son efficacité et accueillante pour les élèves, sans oublier ceux en difficulté.

 

En même temps, il engagea une pédagogie dynamique construite sur l’ouverture à l’extérieur, adaptée aux besoins de notre public, pédagogie novatrice avec sorties, visites, intervenants, conférenciers et voyages d’étude en Europe et jusqu’au Proche-Orient à une époque ou cela n’était pas de mode et où on ne parlait pas "d’école ouverte".

 

Dès 1975 il initia la construction des premiers bâtiments propres au centre de formation : classes, cuisines, réfectoire et internat, suivis quelques années plus tard par la construction de la première serre, de classes supplémentaires, d’une salle de réunion, d’un CDI et d’une nouvelle salle des profs. La dynamique d’investissement tant dans l’immobilier que dans les aménagements et équipements était lancée, préparant ainsi l’avènement du Lycée, et permettant aussi à Kerplouz d’assumer pleinement son nom de Centre en accueillant des réunions professionnelles, des conférenciers, des manifestations culturelles, des visiteurs étrangers et même des colonies de vacances...

 

Enfin il mit en place une véritable cogestion, avant l’heure de la législation du travail, au travers des réunions du conseil d’administration où participait activement tout le personnel du Centre. Ce faisant, la transparence était au rendez-vous et le bénéfice issu des idées, remarques, observations et propositions des différentes composantes permit des décisions pertinentes et enrichissantes pour le Centre, sans oublier un surcroit de motivation et d’investissement personnel.

 

En sus Francis Le Pironnec était très attentif et accueillant pour les familles du personnel et il prit les moyens pour créer des liens forts entre communauté des frères et personnels et leur famille : repas convivial chez les frères, sorties nature, invitation au bénévolat pour les travaux d’aménagement... Dans ce domaine aussi il réussit avec brio, comprenant que nos relations et le bien-être de tous auraient des répercussions bénéfiques pour nos élèves.

 

Oui, il faut le dire, Francis Le Pironnec était un visionnaire, un avant-gardiste dans le bon sens du terme, un homme pas seulement ingénieur, mais aussi ingénieux.
Oui il faut le dire, ce fût un directeur apprécié, constructif et constructeur, un homme qui avait l’étoffe d’un chef, d’un vrai chef, noble et généreux, au service d’un idéal, l’enseignement, l’éducation dans les valeurs chrétiennes et qui pour se faire à donner sans compter le meilleur de lui- même.

Oui ce fût un grand constructeur, que ce soit dans le domaine pédagogique, éducatif, relationnel, immobilier et organisationnel et si le lycée aujourd’hui est ce qu’il est, avec son ouverture, ses compétences reconnues, sa capacité à l’accueil et son environnement remarquable, ce n’est sans nul doute que le résultat du bon travail initié par celui qui posa les fondements, Francis Le Pironnec, directeur hors pair et fondateur.

 

Alors n’oublions pas la mémoire de cet homme, brillant par sa discrétion, par sa générosité, par son humilité, par son respect et son amour du prochain, par son goût et sa capacité à entreprendre pour le bien des autres.
Dans le dernier courrier qu’il m’envoya cet été il écrivait : "Ici aussi il y a du travail pour rendre Kéroser accueillant, agréable et porter un message".
C’est déjà ce qu’il a fait à Kerplouz !
Il n’a pu achever ses projets mais qu’importe, ce qu’il a fait, il l’a fait de son mieux et de tout son cœur, et il est digne d’être un exemple pour tous les enseignants, personnels, élèves ou étudiants, jeunes ou vieux, petits ou grands qui sont passés au LEAP Kerplouz-LaSalle.

Publié le 03 octobre 2014