CNEAP IFEAP TICEUR WEBMAIL
... CNEAP :

Découvrez les vidéos formations sur la chaîne YouTube du CNEAP !

Une belle expérience

Les étudiants qui ont participé à la conférence de Gilles Clément fin novembre au LAP Costa de Beauregard reviennent aujourd'hui sur cette belle expérience personnelle, mais aussi professionnelle

Le jeudi 27 novembre dernier,  le LAP Costa de Beauregard de Chambéry (73) a accueilli Gilles Clément lors d’une conférence  rencontre sur le Tiers Paysage. Un moment de partage qui n’aurait pas pu se faire sans la contribution active des étudiants de BTSA Production Horticole. L’occasion pour Stéphanie et Laurane de découvrir le monde professionnel et de mener à bien un projet d’initiative et de communication.

 

Quel a été votre projet ?

 

Stéphanie : Dans le cadre scolaire, nous avons mené à bien un Projet d’Initiative et de Communication (PIC) pour notre examen final. Après avoir défini les sujets possibles en classe, nous nous sommes aperçu qu’il y avait quelque chose de sensationnelle qui allait avoir lieu dans notre établissement. Le paysagiste Gilles Clément allait venir pour donner une conférence sur le Tiers Paysage dans l’une de nos serres. Cet évènement était initié par la Maison de l’Architecture de Savoie. Nous avons sauté sur l’occasion. Nous avions là un projet intéressant : promouvoir cet évènement. J’ai travaillé avec 4 camarades (Laurane Rosset, Cécile Chapuis, Pierre Courreau, Lucas Robilliart et moi-même Stéphanie Micoud). Nous avons contacté Monsieur Huet, paysagiste de la Maison de l’Architecture de Savoie (Ma’Savoie), qui a accepté notre collaboration.

 

Laurane : Nous avons contacté la presse écrite, la radio et la télévision de la région Savoyarde. La presse a été réactive et nous a permis d’avoir une communication efficace et rapide. Nous avons géré le problème de parking dans son intégralité. C’était un problème important et crucial puisque 400 personnes étaient attendues et que leur accueil par notre établissement était à ne pas négliger.

Pendant l’évènement, nous étions présents pour représenter les formations du lycée en tenant un stand que nous avons-nous même monté, en prenant en compte les notions du Tiers Paysage, chères à Gilles Clément.

 

Quelles étaient vos motivations ? 

 

Laurane : Je viens d’un Bac Aménagements Paysagers, c’est un retour aux sources qui m’a permis de renouer des liens avec le paysage et avec les notions qui en découlent. Gilles Clément porte une grande attention aux zones en friches, et nous fait découvrir que celles-ci sont des trésors, riches en biodiversités, une réflexion intéressante qui me pousse à avoir un nouveau regard sur les zones délaissées.

 

Stéphanie : Je souhaite dès l’année prochaine me diriger dans le paysagisme, travailler sur la venue de Gilles Clément a été une opportunité d’être en contact direct avec des acteurs du monde paysager. Cela m’a aussi permis de découvrir plus amplement le travail de Gilles Clément, ses concepts et ses créations, qui ne peuvent laisser indifférents. Il est à l’origine du parc André Citroën à Paris, du Jardin du Musée du Quai Branly, du jardin du Tiers Paysage sur le toit de l’ancienne base sous-marine de Saint Nazaire, de la végétalisation d’Euralille. Ses créations sont nombreuses, sa réputation n’est plus à faire, c’est un artiste planétaire.

L’intervention de Gilles Clément vous parait- elle importante ?

 

Stéphanie : Oui, elle est fondamentale. Il nous inculque des notions à contre temps, puisque encore aujourd’hui le « sans adventices » est la norme. Le jardinier a tendance à privilégier l’esthétisme sans se poser le problème de la biodiversité qu’il ne prend pas en compte, pas par refus mais par ignorance. Son intervention permet de sensibiliser les professionnels et les étudiants. C’est par la pédagogie qu’on arrivera à faire bouger les idées reçues.

 

Laurane : Il nous inculque l’idée que tout terrain est bon à exploiter, tout en restant de simple acteur de l’action de la nature. Il nous fait passer le message que tout ce qui nous entoure n’est pas que pauvre, et qu’il est fleurissant de vie !

 

Comment s’est passée la rencontre ?

 

Gilles Clément est quelqu’un d’abordable, sa conférence était contrairement à ce qu’on avait pu nous dire, accessible au plus grand nombre. Nous avons pu lui poser les questions sans tabous, n’hésitant pas à dire « Je ne sais pas ».

 

Quel est l’impact de sa vision sur votre présent et futur ?

 

Stéphanie : J’ai toujours été attentive au respect de l’environnement, mais ses concepts me permettent de prendre conscience de la formidable biodiversité qu’offrent les friches, les zones délaissées. Aujourd’hui je ne vois plus « la mauvaise herbe » comme quelque chose de négatif. Visuellement, même si les friches paraissent des espaces délaissées, « moches », elles sont synonymes de richesses naturelles.

 

Laurane : Avec l’intervention de Gilles Clément, j’ai pu découvrir que les zones en friches n’étaient pas qu’un simple abandon. Mais qu’il en découle de celui-ci une grande diversité de faune et de flore. Grâce à cela, ma vision a changé sur la perception des espaces abandonnés.

 

La venue de Gilles Clément a été un moment phare dans notre formation. Beaucoup d’élèves et d’étudiants ont fait fédération autour du projet des aménagements paysagers et neuf jardins sur le thème de la contradiction et de l’opposition ont été mis en place avec l’aide des professeurs de la filière Paysage. Gilles Clément a été ravi de les découvrir, et nous, d’avoir un échange de qualité avec lui.

Publié le 02 septembre 2015