CNEAP IFEAP TICEUR WEBMAIL
... CNEAP :

Découvrez les vidéos formations sur la chaîne YouTube du CNEAP !

Sols et terroirs

Lydia et Claude Bourguignon, ou « l’influence du sol dans l’expression du terroir ». Les étudiants de l'ISNAB ont écouté avec grand intérêt ces microbiologistes des sols

A l’ISNAB - Institut des Sciences de la Nature et de l’Agroalimentaire de Bordeaux, établissement agricole du CNEAP, situé à Villenave d’Ornon (33), l’année 2017 - 2018 est placée sous le signe d’une agriculture durable et d’une restauration écologique à venir. Le chemin a été éclairé par deux grands témoins : Claude et Lydia Bourguignon, « médecins des sols » reconnus sur tous les continents.

Microbiologistes des sols, ils alertent depuis les années 70 sur la dégradation des sols, l’appauvrissement de leur biomasse et leur perte de fertilité. En 1990, ils créent le LAMS, leur propre laboratoire, afin de réaliser des analyses physiques, chimiques et biologiques des sols. Cette initiative les conduit à intervenir principalement en France et en Europe, mais aussi en Afrique, en Inde, au Vietnam, au Laos, en Amérique du sud et du Nord. A ce jour, le LAMS a réalisé de nombreuses expertises dont le but vise, notamment, à recommander, de manière ciblée, une gestion durable des sols. Lydia et Claude Bourguignon sont aujourd’hui des experts consultants référents dans cette singulière discipline, désormais reconnue. En 2016 Ils ont été décorés par le ministre de l’agriculture « officiers de l’ordre du mérite agricole » pour leurs travaux au service de l’agriculture française.
 
Ils contribuent à développer l'agrologie, science de l'agriculture écologique, fondée sur une perception fine des relations complexes qui unissent le sol, les microbes, les plantes, les animaux et l'homme.
 
Invités de l’ISNAB le vendredi 15 septembre dernier, ils ont captivé les étudiants de BTSA lors de leur conférence sur l’influence du sol dans l’expression des terroirs. Après avoir présenté les principes et les facteurs de dégradation des sols agricoles, ils ont insisté sur les organismes vivants du sol et leurs relations, permettant de restaurer cette vie écologique indissociable de la fertilité de nos sols, de la croissance de nos cultures et de la qualité de nos élevages pour aujourd’hui et demain. L’agriculture pour eux, se définit comme « une gestion, présente et future, d’un écosystème naturel, en vue de produire des aliments sains qui sont le reflet qualitatif et gustatif du Terroir ». Ils ont ensuite posé les bases de la gestion des sols agricoles en évoquant les amendements, l’apport de bois raméal fragmenté ou encore la technique prometteuse de semis sous couvert végétal pour les grandes cultures plein champ.
 
Les étudiants de BTSA ACSE (Analyse, Conduite et Stratégie de l’Entreprise agricole), de GEMEAU (Gestion de l’EAU), Technico-commercial Vins et Spiritueux et du Bachelor Techniques de l’Environnement assistaient à cette conférence et ont échangé pendant plus d’une heure avec Claude et Lydia. De futurs agriculteurs s’intéressaient à la technique du semis sous couvert afin de l’expérimenter une fois diplômés tandis que les étudiants de gestion de l’eau s’interrogeaient plus particulièrement sur les plantes épuratives à implanter sur berges afin de préserver la qualité de l’eau ou sur la gestion du sol pour limiter les risques d’érosion et les inondations. Dans le milieu viticole les technico-commerciaux étaient particulièrement attentifs à la notion de terroir et aux cépages indigènes propices à se développer durablement et à exprimer leur potentiel agronomique et aromatique lorsqu’ils étaient implantés « chez eux », dans leur sol, dans leur terroir !
 
Merci à Claude et Lydia Bourguignon, de leur disponibilité, de leur écoute bienveillante auprès des jeunes de l’enseignement agricole, leur intervention a conforté des convictions, a interpelé, questionné et ainsi contribué à renforcer la dimension agro-écologique, inscrite parmi les orientations principales du projet d’établissement de l’ISNAB, et déclinée auprès de l’ensemble des formations dispensées.

Publié le 03 octobre 2017